mercredi 30 novembre 2011

Les réseaux sociaux en éducation.

Les réseaux sociaux se présentent aujourd’hui comme étant la nouvelle référence dans la structuration des nouvelles manières d’apprendre, d’échanger et de transmettre des connaissances. L’attrait de ces outils, est leur caractère personnel et familier, les réseaux sociaux permettent de rapprocher les modèles d’apprentissage traditionnel – formel avec l’apprentissage informel. Ainsi dans ces espaces les rôles de l’enseignant et de l’apprenant se rapprochent, les frontières s’effacent et l’échange de connaissances se centre plus dans le concept d’intelligence collective et d’apprentissage collaboratif, plus que sur un modèle vertical de transmission de connaissances.

Ces nouveaux lieux d’échange génèrent des nouvelles formes de participation et permettent aux intervenants de s’exprimer sans crainte, tout en créant des liens avec d’autres individus, partageant des ressources intéressantes et profitant de cet échange pour apprendre.

Voici quelques exemples, de ce qu’on peut faire en se servant des réseaux pour développer des nouvelles stratégies de formation:

  • Création de groupes de travail et échange dans Facebook ou Google +.
  • Partage d’e-books, vidéos, présentations et ressources web (blogs par exemple)  à travers de groupes et wikis.
  • Suivre de près les publications des certains personnes via facebook, twitter, Flux RSS, slide share, scribd (documents), etc.
  • Interagir avec un groupe des personnes, gérer le chronogramme d’activités, gérer les évènements spéciaux et de preuves (examens).
  • Créer et uploader des contenus de formation, afin de les partager via les réseaux, permettant de les commenter et apporter à l’amélioration de ces contenus.

A manière de conclusion, on peut nommer quelques avantages de l’usage des réseaux sociaux dans le processus d’apprentissage :

  • Centralisation des activités
  •  Rapprochement entre les participants.
  • Personnalisation des échanges entre les intervenants.
  • Vitesse dans la communication et transfert d’informations et de contenus.
  •  Possibilité d’implication de toute la communauté éducative.
  • Développement du sens d’appartenance à un groupe social et à une communauté éducative.
  • Accroissement de l’usage des TIC et développement des compétences informatiques chez certains participants (moins alaises avec les technologies)
  • Facilité de création, coordination et administration de groupes.